Fonds FI 003 - Archives d'Albert Lemaire

Zone d'identification

Cote

BE A4006 FI 003

Titre

Archives d'Albert Lemaire

Date(s)

  • 1919-1920 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

1 art. (0,03 m.l.)
Papier

Zone du contexte

Nom du producteur

(1875-1933)

Notice biographique

Albert Lemaire est né à Havay, près de Mons, le 25 mars 1875. Il meurt à Louvain, le 17 janvier 1933.
Issu d’une lignée de propriétaires terriens par son père et de juristes par sa mère, il passe ses premières années à la ferme parentale. Il effectue ses études secondaires au collège Saint-Michel à Bruxelles. En 1892 il arrive à l’Université de Louvain, pour s’y préparer à la carrière médicale. Devenu l’élève puis l’assistant du professeur Denys, il s’initie, grâce à lui, à la technique et à la méthode du travail scientifique dans le laboratoire de l’Institut Carnoy. En 1898, il reçoit le titre de docteur en médecine.
Alors qu’il étudie l’anatomie pathologique à Paris, Albert Lemaire est rappelé à Louvain, en 1901, pour occuper, en qualité de professeur agrégé, la chaire d’hygiène, devenue vacante par le décès de Charles Ledresseur.
Destiné à la clinique médicale, il ne cesse de s’y préparer en suppléant le professeur Denys dans l’enseignement de l’anatomie pathologique, en organisant le service des autopsies à l’hôpital, en réorganisant la polyclinique des maladies internes en qualité de chef de clinique du professeur Verriest. Albert Lemaire a ainsi l’occasion d’observer un grand nombre de malades, d’expérimenter de nouvelles méthodes d’exploration clinique, de faire des essais thérapeutiques, de contrôler, le cas échéant, ses diagnostics par l’autopsie et de recueillir un important matériel de pièces anatomiques.
Il est appelé, en 1906, à succéder au professeur Hayoit de Termicourt, dans la chaire de Pathologie interne. En même temps que la pathologie interne, Albert Lemaire reprend le cours de clinique propédeutique, ou technique de l’exploration clinique et l’interprétation des symptômes. Enfin, en 1912, Albert Lemaire abandonne la pathologie interne et la propédeutique pour succéder au professeur Verriest dans la chaire de clinique médicale.
À peine entré en possession de la clinique médicale, il se donne pour tâche d’en amplifier les services. On lui doit la création de la clinique et de la polyclinique médicales, du laboratoire clinique, du service de radiologie, puis l’installation, sur la rive droite de la Dyle, des laboratoires d’hématologie et de chimie médicale. Un nombre impressionnant de malades affluèrent.
Ses travaux scientifiques se dirigèrent vers la bactériologie, la sérologie, la pathologie expérimentale, l’hématologie entre autres, qui lui valurent la reconnaissance de l’Académie royale de Médecine et du monde universitaire à l’étranger.

Histoire archivistique

Le registre a été conservé dans la famille du docteur Albert Lemaire. Il a été donné à la Bibliothèque centrale par la famille du docteur Lemaire en 1970. Il est aux Archives de l'UCL depuis 1982.

Modalités d'entrée

1970 : don à la Bibliothèque centrale de l'Université catholique de Louvain.
1982 : transfert aux Archives de l'Université catholique de Louvain.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Le fonds est un registre de patients en visite chez le professeur Lemaire, il s'agit des cas 1440 à 1926 d'octobre 1919 à septembre 1920. Il s'agit d'un registre détaillant les différents symptômes et traitements préconisés, ainsi que cinq lettres de malades.

Évaluation, extraction, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Non prévu.

Mode de classement

Il n'y a pas véritablement de mode de classement étant donné que le fonds n'est organisé qu'en une seule partie concernant les cas.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Le fonds est librement consultable dans les conditions fixées par le règlement des visiteurs en vigueur aux Archives de l'Université.

Conditions de reproduction

La reproduction (photocopies ou saisies numériques) des archives est autorisée uniquement dans le cadre d’un usage privé ou scientifique avec l’accord de l’archiviste et dans le respect des règles et tarifs en vigueur aux Archives de l’Université. La reproduction est réalisée de manière « fragmentaire », en toute innocuité pour le document et dans le respect de la législation en matière de droit d’auteur. Une copie de ces prises de vue doit être déposée aux Archives.

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Françoise Mirguet, Inventaire des archives d'Albert Lemaire, édition revue, Louvain-la-Neuve : Archives de l'UCL, 2010.

Générer l'instrument de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions associées

Note de publication

Pour ses travaux scientifiques voir la Bibliographie académique, 1908, pp. 163-164 ; 1908-1911, p. 42 ; 1911-1913, p. 31 ; 1914-1934, pp. 349-350.

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Points d'accès

Points d'accès - Noms

Points d'accès - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Les descriptions archivistiques sont conformes à la seconde édition de la "Norme générale et internationale de description archivistique" (ISAD-G, 1999). Ces descriptions archivistiques ont été encodées en XML EAD et respectent également les normes de catalogage suivantes : RDA-FR, AFNOR NF Z 44-060, AFNOR NF Z 44-061 et AFNOR NF Z 44-081.

Statut

Final

Niveau de détail

Moyen

Dates de production, de révision, de suppression

Les descriptions archivistiques du fonds et des niveaux inférieurs ont été établies en 2010 par l’archiviste Françoise Mirguet. Elles ont été encodées en XML EAD par l'étudiante Eléa Fioroni, en décembre 2016, sous la supervision de l'archiviste Caroline Derauw.

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Françoise Mirguet

Zone des entrées