Fonds FE 033 - Archives de Louis de Sadeleer

Zone d'identification

Cote

BE A4006 FE 033

Titre

Archives de Louis de Sadeleer

Date(s)

  • 1914-1924 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

153 art. (3,20 m.l.)

Zone du contexte

Nom du producteur

(1852-1924)

Notice biographique

Louis-Marie-Joseph de Sadeleer est né à Haaltert, le 6 octobre 1852. Il meurt à Bruxelles le 6 mai 1924. En 1876, il est promu docteur en droit de l’UCL. Il mènera une carrière d’avocat à la Cour d’appel de Bruxelles, de cette date à sa mort. Le 11 août 1883, il épouse à Bruxelles Madeleine van Hoorde, décédée en 1913. Trois enfants sont issus de cette union : Paul, Étienne et Marie-Louise. La carrière politique de Louis de Sadeleer est brillante, d’abord au niveau régional, puis au niveau national. Il est conseiller communal à Haaltert de 1878 à 1884, conseiller provincial pour le canton d’Herzele (Flandre orientale) de 1778 à 1782 et député de l’arrondissement d’Alost de 1882 à 1912. À la Chambre des représentants, il est successivement désigné secrétaire (14 novembre 1883-9 février 1897), vice-président (9 février 1897-5 mai 1901), puis il est élu le 18 juillet 1900 président de l’assemblée en remplacement d’Auguste Beernaert démissionnaire. Il exerce cette fonction jusqu’au 8 novembre 1901. En 1909, il préside la commission d’enquête parlementaire sur la situation militaire du pays. Du 2 juin 1912 à son décès, il représente au Sénat l’arrondissement d’Alost-Oudenaarde. Il est nommé ministre d’État le 14 août 1912 et participe en cette qualité au Conseil de la Couronne convoqué par le roi Albert dans la nuit du 2 au 3 août 1914 pour examiner la réponse à donner à l’ultimatum allemand. Il joue également un rôle important sur l’échiquier de la politique internationale. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire en 1910 près le roi du Portugal, il est désigné en 1913 par le roi Albert président du tribunal d’arbitrage, à Port-au-Prince, dans les différends qui opposaient l’Empire d’Allemagne à la République de Haïti. En septembre 1914, il est envoyé par le Roi en mission spéciale auprès du président américain Woodrow Wilson pour faire connaître le drame de la neutralité violée de la Belgique et les horreurs de l’invasion. Il demeure aux États-Unis en mission spéciale pour le Gouvernement belge. Il s’y occupe de propagande et d’organisations de secours envers la Belgique. Il parvient par de multiples démarches personnelles à obtenir des dons extrêmement importants. Il apporte une aide précieuse au Belgian Relief Fund, qui entreprend, dès le début d’août 1914, une œuvre d’assistance au Belgian Bureau de New York. Il est aussi l’un des fondateurs du Cardinal Mercier Fund. Il s’intéresse utilement à la cause des réfugiés belges en Hollande, des soldats internés en Hollande, des écoles belges pour réfugiés, et à l’Œuvre de la restauration de l’Université de Louvain. Sa fille Marie-Louise de Sadeleer le rejoint en mai 1915, se dévouant aux multiples œuvres qui font appel à la générosité américaine en faveur des Belges. Louis de Sadeleer a la douleur de perdre son fils Étienne qui l’avait assisté pendant deux ans dans sa mission en Amérique. Son fils aîné, Paul de Sadeleer franchit les lignes allemandes en juin 1917, pour prendre du service dans l’armée belge. Il est envoyé à New York à la mort de son frère pour assister son père. À la fin de la guerre, Louis de Sadeleer rentre en Europe en compagnie de Marie-Louise et de Paul. Le 21 juillet 1922, il obtient une concession de noblesse et le titre de baron transmissible par ordre de primogéniture. Il est aussi titulaire de nombreuses médailles et distinctions honorifiques.

Histoire archivistique

Modalités d'entrée

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Les dossiers sont exclusivement relatifs au séjour de Louis de Sadeleer aux États-Unis, de 1914 à fin 1918. Ils illustrent les multiples facettes de son activité aux États-Unis au service de la Belgique (1-32). Quelles furent ses missions ? Assurer le lien entre le gouvernement belge au Havre et les instances politiques américaines (33-56). S’intéresser au sort des Belges en séjour aux États-Unis (57-66), parmi lesquels se trouvent des professeurs de l’Université de Louvain. S’occuper activement de divers comités de soutien créés en faveur des populations belges (67-101). Participer à l’Œuvre de restauration de l’Université de Louvain (102-116). Rassembler aux États-Unis une collection de « littérature de guerre » qui sera déposée à la Bibliothèque royale après la guerre (117-122). Publier ou faire publier dans ce pays des notes contrecarrant la propagande allemande (123-142).

Évaluation, extraction, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Conditions de reproduction

Langue des documents

  • anglais
  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Beaucoup de papier sont très acides et très cassants, notamment les coupures de presse.

Instruments de recherche

Françoise Mirguet avec la collaboration de Freddy Cremer, Inventaire du fonds Louis de Sadeleer. Papiers datant de son séjour aux États-Unis, 1914-1919, Louvain-la-Neuve, 1995, revu en 2009.

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées


  • Archives générales du Royaume les Papiers Louis de Sadeleer (Robert Wellens, Inventaire des papiers Louis de Sadeleer, dans Inventaires de papiers personnels, 1980/Numéro de l’instrument de recherche I 220/06).
  • Ministère des Affaires étrangères à Bruxelles.

Descriptions associées

Note de publication

Voir notamment Michaël Amara, La propagande belge et l’image de la Belgique aux États-Unis pendant la Première Guerre mondiale, dans Revue belge d’histoire contemporaine, xxx, 2000, 1-2, pp. 173-226, voir la bibliographie aux pp. 222-224.

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Points d'accès

Points d'accès - Sujets

Points d'accès - Lieux

Points d'accès - Noms

Points d'accès - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Les descriptions archivistiques sont conformes à la seconde édition de la "Norme générale et internationale de description archivistique" (ISAD-G, 1999). Ces descriptions archivistiques ont été encodées en XML EAD et respectent également les normes de catalogage suivantes : RDA-FR, AFNOR NF Z 44-060, AFNOR NF Z 44-061 et AFNOR NF Z 44-081.

Statut

Final

Niveau de détail

Moyen

Dates de production, de révision, de suppression

Les descriptions archivistiques ont été rédigées en 1986 par l'étudiant Freddy Cremer. Elles ont été revues une première fois en 2010, puis une seconde fois en 2009 par l'archiviste Françoise Mirguet.

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Freddy Cremer & Françoise Mirguet

Zone des entrées

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés