Fonds FE 022 - Archives de la famille Ozeray

Zone d'identification

Cote

BE A4006 FE 022

Titre

Archives de la famille Ozeray

Date(s)

  • 1461-1926 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

90 art. (0,60 m.l.)

Zone du contexte

Nom du producteur

(16..-1989)

Notice biographique

Une famille de corroyeurs vivant à Chartres aux 17e et 18e siècles est à l’origine de ce fonds. En 1814, pour des raisons inconnues, Michel-Jean-François Ozeray (1764-1859) quitta Chartres pour Bouillon. Il consacra une notice historique manuscrite à sa famille et procéda au classement des plus anciens titres, manifestant ainsi son intérêt pour l’histoire des biens patrimoniaux. Mais le goût pour l’histoire de ce polygraphe dépassa le cadre de sa seule famille. Il fut l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de Chartres et celle de Bouillon. Son œuvre la plus connue à cet égard fut l’Histoire du pays, château et ville de Bouillon, depuis l’origine du duché jusqu’à la révolution de 1789 publiée pour la première fois en 1827. La philosophie et les religions constituèrent l’autre centre d’intérêt de ses publications. Son fils Michel-Jean-Jacques Ozeray (1794-1878) publia en 1864 une seconde édition posthume de l’histoire de Bouillon rédigée par son père. Secrétaire communal à Bouillon, il dressa un inventaire des archives anciennes de la ville.

Histoire archivistique

L’histoire des archives qui font l’objet de cet inventaire est indissociable de celle de leurs détenteurs. C’est une famille de corroyeurs vivant à Chartres aux 17e et 18e siècles qui se trouve à l’origine de ce fonds. Elle conserve les actes marquants de la vie de ses membres et de l’évolution de son patrimoine foncier. On peut encore distinguer sur certaines pièces des traces révélatrices d’un classement d’époque.

En 1814, pour des raisons inconnues, un des membres de la famille, Michel-Jean-François Ozeray quitte Chartres pour Bouillon emportant tout ou partie des archives familiales. Son rôle dans la constitution et le classement du fonds doit avoir été considérable car la majeure partie des papiers personnels conservés le concerne. C’est probablement aussi à lui qu’on doit le classement par localité et par ordre chronologique des actes notariés français, les plus récents n’étant pas postérieurs à 1823. En outre, il a manifesté de l’intérêt pour l’histoire de ses biens patrimoniaux puisqu’il leur a consacré une notice historique manuscrite et qu’il a procédé à un choix des plus anciens titres. Mais le goût pour l’histoire de ce polygraphe dépassait celle de sa seule famille. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de Chartres et celle de Bouillon. Son œuvre la plus connue à cet égard est son Histoire du pays, château et ville de Bouillon, depuis l’origine du duché jusqu’à la révolution de 1789 publiée pour la première fois en 1827. La philosophie et les religions constituent l’autre centre d’intérêt de ses publications.

À sa mort, les archives passent à son descendant Michel-Jean-Jacques Ozeray. Celui-ci publia en 1864 une seconde édition posthume de l’Histoire de Bouillon de son père. Il y fut secrétaire communal et dressa un inventaire des archives anciennes de la ville.

Il semble que les archives continuent à se transmettre de génération en génération puisque Émile Tandel en mentionne la trace en 1901 chez son petit-fils, le député d’Arlon, Camille Ozeray. Parmi elles se trouvaient les mémoires manuscrites de Michel-Jean-François Ozeray qui ne font pas partie du fonds déposé à l’UCL. Ceci nous conduit à nous interroger sur les pertes éventuelles subies au cours du temps. Aucun inventaire ancien ne nous permet de comparaison. Le patrimoine foncier de la famille en Belgique s’est accru. C’est probablement cette raison qui pousse Camille Ozeray à classer ces archives contemporaines dans des fardes dont certaines proviennent du Parlement. On ne trouve cependant aucun autre document relatif à ses fonctions publiques.

À sa mort en 1938, sa fille, la comédienne Madeleine Ozeray a dû recueillir les archives paternelles. On peut s’interroger sur les raisons de l’intégration de celles-ci à celles de la famille Nothomb. Ce sont peut-être les liens d’amitié unissant les deux familles qui ont poussé Madeleine Ozeray à s’en dessaisir. Toutefois jusqu’à présent aucune pièce du fonds Nothomb n’est venue vérifier cette hypothèse. Ce n’est que lors du triage du fonds Pierre Nothomb qu’on s’est aperçu que les papiers de la famille Ozeray pouvaient constituer un fonds distinct.

Les papiers constituant ce fonds ont été déposés à la section Archives et Manuscrits de la Bibliothèque de l’Université catholique de Louvain par la famille Nothomb au début de l’année 1967 à la suite du décès de Pierre Nothomb l’année précédente. Anciennement FP XI, L’inventaire du fonds a été réalisé par Dominique Paquot dans le cadre du cours d’archivéconomie en 1985-1986 et revu par Françoise Mirguet.

Modalités d'entrée

Donation.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Il est essentiellement constitué d’actes notariés. Ceux qui concernent la France sont les plus anciens 15e-19e siècles. Grâce à eux l’historien pourra contribuer à mieux faire connaître la toponymie et l’histoire agraire d’une des régions les plus fertiles de France (la Beauce). Les pièces relatives aux propriétés en Belgique sont plus récentes et plus diversifiées (correspondance, croquis cadastraux...), mais on y trouve aussi quelques documents d’Ancien Régime, dont des plans du 18e siècle. Elles permettent de retracer tout au long du 19e siècle l’évolution du patrimoine foncier d’une famille de la bourgeoisie bouillonaise en pleine élévation sociale.
Cette partie est quantitativement la plus importante du fonds. Néanmoins les papiers personnels ne sont pas dénués d’intérêt. Des inventaires après décès et des partages successoraux très complets fournissent de précieux renseignements sur la fortune d’une famille de corroyeurs chartrains de la seconde moitié du 18e siècle. Quant aux papiers personnels de Michel-Jean-François Ozeray, ils éclaircissent d’un jour nouveau l’activité littéraire de ce polygraphe.

Évaluation, extraction, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

La composition même du fonds nous a conduit à adopter un plan fort classique. Les papiers de famille viennent en premier lieu : d’abord les généralités, puis génération par génération. Une esquisse d’arbre généalogique dressée d’après les documents du fonds et sans prétention d’exhaustivité facilitera à cet égard l’utilisation de l’inventaire. Ensuite viennent les documents relatifs aux biens, d’abord en France puisqu’ils sont plus anciens, puis en Belgique. Le tout par ordre alphabétique de noms de lieux. Le lecteur belge n’étant pas familier de la géographie de la région chartraine, nous avons jugé utile de localiser sur une carte les noms de lieux français mentionnés dans l’inventaire.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Le fonds est librement consultable dans les conditions fixées par le règlement des visiteurs en vigueur aux Archives de l'Université.

Conditions de reproduction

La reproduction (photocopies ou saisies numériques) des archives est autorisée uniquement dans le cadre d’un usage privé ou scientifique avec l’accord de l’archiviste et dans le respect des règles et tarifs en vigueur aux Archives de l’Université. La reproduction est réalisée de manière « fragmentaire », en toute innocuité pour le document et dans le respect de la législation en matière de droit d’auteurs. Une copie de ces prises de vue doit être déposée aux Archives

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Instruments de recherche

Générer l'instrument de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Quelques papiers politiques sur Jules et Camille Ozeray (19-20es siècles) sont conservés au Centre Jean Gol à Bruxelles. :

  • Archives d’anciens parlementaires > Archives de Jules et Camille OZERAY : Ce fonds présente, sous forme de photocopies, les archives conservées, à Bouillon, par Maurice Brébart, un descendant direct de ces deux parlementaires libéraux. Il contient : Propagande électorale, procès-verbaux de réunions, coupures de presse, journaux, tracts électoraux, etc. (19e-20e siècles), concernant la vie politique en Province de Luxembourg (2 boîtes + 1 liasse).

Descriptions associées

Zone des notes

Note

Une esquisse d'arbre généalogique, réalisé à partir de ce fond, de la famille Ozeray est consultable dans le Dossier n°0 aux Archives de L'UCl

Identifiant(s) alternatif(s)

Points d'accès

Points d'accès - Sujets

Points d'accès - Lieux

Points d'accès - Noms

Points d'accès - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Les descriptions archivistiques sont conformes à la seconde édition de la "Norme générale et internationale de description archivistique" (ISAD-G, 1999). Ces descriptions archivistiques ont été encodées en XML EAD et respectent également les normes de catalogage suivantes : RDA-FR, AFNOR NF Z 44-060, AFNOR NF Z 44-061 et AFNOR NF Z 44-081.

Statut

Final

Niveau de détail

Moyen

Dates de production, de révision, de suppression

Les descriptions archivistiques du fonds et des niveaux inférieurs ont été rédigées en 1986 par l'étudiant Dominique Paquot, puis revues en 2013 par l'archiviste Françoise Mirguet. Finalement, elles ont été encodées en XML EAD par les étudiants Justin Laloux et Michel Noutcha, sous la supervision de l'archiviste Caroline Derauw en décembre 2020.

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources


  • Sur Michel-Jean-François Ozeray, voir Victor Tourneur, Michel-Jean-François Ozeray, dans Biographie nationale de Belgique, t. 31, 1961, col. 610-612. Voir sa bibliographie complète dans Émile Tandel, Michel-Jean-François Ozeray, dans Biographie nationale de Belgique, t. 16, 1901, col. 437-442, col. 438-439.
  • Sur Michel-Jean-Jacques Ozeray, voir Eugène de Seyn, Dictionnaire biographique des sciences, des lettres et des arts en Belgique, t. II, Bruxelles, Editions L’Avenir, 1936, p. 795.
  • Sur Camille Ozeray, voir Paul van Molle, Le Parlement belge. 1894-1969, Gand, Erasmus, 1969, p. 259.
  • Sur Madeleine Ozeray, voir Paul Legrain, Le dictionnaire des Belges, Bruxelles, Legrain, 1981, p. 389 ; Dominique Zachary, Madeleine Ozeray, ondine de la Semois, Bruxelles, Éditions Racine, 2008.
  • Dans le fond, voir Archives de l’UCL, Archives de l’UCL, Fonds de la famille Ozeray voir :

Dossier n°17, « Renseignements sur toutes mes propriétés. Il y a ici un choix de mes plus anciens titres », 1642-1861, BE A4006 FE 022-17.
Dossier n°34, Procès et rétroactes à propos de la rente foncière d’un jardin et d’une maison, 1461-1788, BE A4006 FE 022-34.

Note de l'archiviste

Dominique Paquot & Françoise Mirguet

Zone des entrées

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés