Fonds FE 080 - Archives d'Emma Piel

Zone d'identification

Cote

BE A4006 FE 080

Titre

Archives d'Emma Piel

Date(s)

  • 1872-1973 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

164 articles (2,28 mètres linéaires, 19 boîtes).

Zone du contexte

Nom du producteur

(1897-1973)

Notice biographique

Emma Piel, née Emma Detry le 2 janvier 1897 à Dison (Verviers), est une cantatrice et critique musicale belge. Elle effectue ses études à l’école moyenne de l’État à Verviers (classes moyennes et supérieures). En même temps, elle poursuit des études musicales privées très poussées en solfège, piano, musique de chambre et chant. Elle obtient le diplôme supérieur de chant délivré par le Jury central de Bruxelles présidé par Arthur de Greef. En 1926, elle épouse Édouard Piel (né en 1900), altiste au « Quatuor Zimmer », qui la laissera veuve en 1937.
Cantatrice de formation, elle se produit publiquement de 1919 à 1964, dans le domaine du lied, de la mélodie et de l’oratorio, dans toute l’Europe occidentale, et on lui reconnait de grandes qualités artistiques, ainsi qu’une vaste érudition musicale. Elle donne des récitals à thème, mais elle aime aussi interpréter des œuvres qu’elle estime injustement méconnues ou oubliées. Elle poursuit cette œuvre de réhabilitation avec le « Trio Vocal de Bruxelles », qu’elle fonde en 1953, et auquel participent entre autres Gilberte Danlée et Mathias Vogel.
Critique musicale, elle écrit ses premiers articles dans les journaux verviétois. En 1944, elle est attachée à l’hebdomadaire « L’Éventail », où elle succède à May de Rudder pour la critique des concerts. Deux ans plus tard, elle est chargée par le même hebdomadaire de tout ce qui concerne le Théâtre royal de la Monnaie : présentation d’œuvres, d’artistes, comptes-rendus, articles sur l’organisation du théâtre, résumés d’opéras, etc. Elle y travaillera jusqu’en 1971. En 1950, elle devient la correspondante pour la Belgique des « Feuilles musicales de Lausanne », puis de la « Revue musicale de Suisse Romande ».
De 1954 à 1963, le « Guide du concert et du disque », de Paris, lui confie les commentaires des créations et interprétations belges. « Bouquin » et la « Revue de Bruxelles » l’engagent pour leurs articles musicaux en 1955. « L’Entr’acte », revue parisienne d’art lyrique et de ballet, lui demande des comptes-rendus des représentations lyriques bruxelloises à partir de 1957. Elle collabore également au « Courrier musical de France » à partir de 1964.
Diverses revues lui ont demandé son concours : « Micro-Magazine », le « Bulletin » de l’Association Wagnérienne de Belgique, le « Bulletin du Conseil National de la Musique », etc. Enfin, il faut signaler qu’elle a collaboré, comme documentaliste, à la rédaction du « Riemann Musik Lexicon », réédité entre 1972 et 1975.
Elle a également exercé des fonctions de professeure et de membre de jury à l’académie musicale de Saint-Gilles, à l’école de musique de Woluwe-Saint-Lambert, à l’académie de musique d’Etterbeek et à l’académie de musique Adriaan Willaert à Roulers.
Depuis quelques années, elle travaillait à l’œuvre de sa vie : un dictionnaire des chanteurs belges du 18e au 20e siècle ; une étude sur les artistes belges du chant qui se sont illustrés dans le pays et à l’étranger, suivie d’un dictionnaire des principaux d’entre eux. Elle décèdera en 1973 avant d’avoir pu l’éditer, mais celui-ci est dactylographié dans le mémoire de licence de Pascaline Martin à l’Université catholique de Louvain ("Les chanteurs lyriques belges (ca. 1740-1973) recensés par Emma Piel (1897-1973). Ébauche de dictionnaire informatisé et analyse critique", t. 1, mémoire de licence sous la direction de Philippe Mercier, Louvain-la-Neuve, 1991).

Histoire archivistique

Nous savons peu de chose à propos de l'histoire archivistique de ces documents. Les archives d'Emma Piel auraient été transmises aux Archives de l'Université catholique de Louvain dans les années 1980 par son fils, Jacques Piel.

Modalités d'entrée

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Les archives d'Emma Piel concernent aussi bien ses relations familiales et amicales que ses activités professionnelles. Elles permettent d'avoir un aperçu de sa scolarité, de ses liens sociaux et de ses multiples fonctions, majoritairement en Belgique entre 1905 et 1973.
Ses documents de nature personnelle, finalement peu nombreux (moins de 10 centimètres linéaires), semblent avoir été choisis et conservés pour leur valeur symbolique et affective. Souvent émouvants, ils laissent notamment entrevoir la relation touchante entre Emma et son fils Jacques, relation sans doute renforcée par le décès prématuré d'Édouard Piel.
Ses documents de nature professionnelle rendent comptes de ses diverses activités. Chanteuse, elle a conservé les programmes des concerts où elle se produisait, seule ou avec le "Trio vocal de Bruxelles", ainsi que des documents concernant la gestion de ces événements et les articles de journaux y faisant référence. Ses archives d'enseignante sont surtout composées de correspondance, de programmes d'audition et de notes. Emma Piel a assisté à de nombreux concerts pour écrire ses articles dans des revues musicales. Elle a ainsi conservé des programmes et des coupures de presse les concernant, à côté de ses brouillons d'articles. De ses recherches concernant des œuvres et des artistes de musique lyrique, elle a laissé de nombreux cahiers contenant nombre de coupures de presse et de notes.
Les archives d'Emma Piel sont donc bien sûr intéressantes pour comprendre la vie personnelle et professionnelle de son producteur, mais aussi pour y trouver une mine d'informations dans le domaine de la musicologie.

Évaluation, extraction, élimination et calendrier de conservation

Des documents appartenant à son fils Jacques Piel à propos du Théâtre national de Belgique ont été extraits du fonds pour être intégrés à celui de Jacques Piel.
Quelques doublons (papiers vierges, brochures et journaux) ont été éliminés, ainsi qu'un exemplaire du journal Le Soir du 26 avril 1977 (édition du matin).

Accroissements

Mode de classement

Les archives n'étaient, à quelques exceptions près (série sur le Concours Reine Élisabeth, probablement classée par Jacques Piel), pas classées. Elles étaient majoritairement constituées de feuilles et de cahiers en vrac, mélangeant tous les sujets aussi bien personnels que professionnels. Un classement en fonction des activités a donc été effectué, séparant les documents d'ordre personnel et familial et les activités d'ordre professionnel, même s'il n'a pas toujours été possible d'identifier avec certitude l'utilisation ou la finalité des documents, tant les activités s'entremêlent parfois.
Ainsi, les nombreux cahiers de notes (et coupures de presse collées), qui constituent une bonne part du fonds, sont parfois énigmatiques : recueils d'idées, notes pour servir aux prestations d'Emma Piel, notes pour servir à de la critique musicale, simples informations générales consignées pour utilisations ultérieures... les interprétations peuvent être multiples.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Le fonds est librement consultable dans les conditions fixées par le règlement des visiteurs en vigueur aux Archives de l'Université.

Conditions de reproduction

La reproduction (photocopies ou saisies numériques) des archives est autorisée uniquement dans le cadre d’un usage privé ou scientifique avec l’accord de l’archiviste et dans le respect des règles et tarifs en vigueur aux Archives de l’Université. La reproduction est réalisée de manière « fragmentaire », en toute innocuité pour le document et dans le respect de la législation en matière de droit d’auteurs. Une copie de ces prises de vue doit être déposée aux Archives.

Langue des documents

  • allemand
  • français
  • italien
  • néerlandais

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Les documents présents dans ce fonds sont essentiellement rédigés en français, et quelques documents en néerlandais. En lien avec la musique et le chant, quelques documents sont en italien ou allemand.

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Le Conservatoire royal de Bruxelles conserve également des archives d'Emma Piel à ces cotes :

  • CR-04482 à CR-04536 : classeurs de programmes de concerts
  • CR-04537 à CR-04539 : programmes de la radio belge
  • CR-04540 à CR- 04568 : coupures de presse

Ces archives concernent exclusivement ses activités professionnelles, et particulièrement ses activités de chroniqueuse musicale.

Descriptions associées

Note de publication


  • MARTIN P., "Les chanteurs lyriques belges (ca. 1740-1973) recensés par Emma Piel (1897-1973). Ébauche de dictionnaire informatisé et analyse critique", t. 1, mémoire de licence de sous la direction de MERCIER P., Louvain-la-Neuve, 1991.
  • GURLITT, W. et EGGEBRECHT, H.H., "Riemann Muzik Lexicon, Personenteil", bd. 2, Mainz, 1972, p. 377.
  • "L’Éventail", n° 33, 15 juin 1973, Hommage à Emma Piel, p. 9.

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Points d'accès

Points d'accès - Noms

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Les descriptions archivistiques sont conformes à la seconde édition de la "Norme générale et internationale de description archivistique" (ISAD-G, 1999). Ces descriptions archivistiques ont été encodées en XML EAD et respectent également les normes de catalogage suivantes : RDA-FR, AFNOR NF Z 44-060, AFNOR NF Z 44-061 et AFNOR NF Z 44-081.

Statut

Niveau de détail

Moyen

Dates de production, de révision, de suppression

Les descriptions archivistiques ont été établies en 2017 par l'étudiant Johan Pierret dans le cadre du séminaire d'archivistique, et ont été revues et complétées en 2018-2019 par l'archiviste Nicolas Delpierre.

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Nicolas Delpierre et Johan Pierret

Zone des entrées