Vandevivere, Ignace

Zone d'identification

Type d'entité

Personne

Forme autorisée du nom

Vandevivere, Ignace

Forme(s) parallèle(s) du nom

Forme(s) du nom normalisée(s) selon d'autres conventions

Autre(s) forme(s) du nom

  • Vandevivere, Ignace Paul Jacques Margueritte

Numéro d'immatriculation des collectivités

Zone de description

Dates d'existence

1938-2004

Historique

Ignace Paul Jacques Marguerite Vandevivere (26/11/1938, Ypres – 06/07/2004, Woluwe-Saint-Pierre), historien de l’art, professeur à l’UCL, directeur et fondateur du Musée de Louvain-la-Neuve, membre de l’Academie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique (Classe des Beaux-Arts), Commandeur de l’Ordre de Léopold.
Fils de Paul Vandevivere, chef de bureau et administrateur territorial de l’ancienne colonie belge, et de Gabrielle Platteau, il passe les premières années de son enfance dans la région de l’Uturi, au Congo, et y commence sa scolarité au pensionnat de Fataki. Il retourne en Belgique avec sa famille vers l’âge de huit ans et fréquente successivement le collège Saint-Grégoire à Gand, l’Athenée Robert Catteau à Bruxelles et le Collège Saint-Pierre à Jette où il achève ses humanités gréco-latines.
En 1956, il s’inscrit comme étudiant à l’UCL et y termine ses études en histoire de l’art et archéologie en 1962. Son mémoire de licence « Fonts baptismaux et bénitiers en laiton fondu aux Pays-Bas Méridionaux (XVe – XVIIe siècles) », dirigé par le professeur Jacques de Lavalleye (1900-1974) lui vaut une Grande Distinction. Il obtient la même année son diplôme d’Agrégé de l’enseignement secondaire supérieur. Ses recherches doctorales le mènent souvent en Espagne : à Palencia, Valladolid, Salamanque, Madrid, Burgos, Barcelone dès 1962 à 1966. En 1964, il devient l’assistant du professeur Jacques de Lavalleye et épouse le 26 décembre de la même année, à Mons, Francine Marot, également historienne de l’art et enseignante. De leur union nait le 17 juin 1966 un fils, Pierre. En 1966, il soutient sa thèse de doctorat en histoire de l’art « Le retablo mayor de la cathédrale de Palencia et la retable de la chapelle Sainte-Anne de l’église paroissiale de Cervera de Pisuerga. Leur signification dans l’œuvre de Juan de Flandes » qui lui vaut la Plus Grande Distinction. Elle paraît dès 1967 dans le dixième volume du Corpus de la peinture des anciens Pays-Bas méridionaux au XVe siècle .
Depuis 1960, il est engagé comme collaborateur scientifique, sans rémunération, au Centre National de Recherche « Primitifs Flamand ». C’est dans ce cadre qu’en février 1961, il accomplit une toute première mission à l’étranger à Paris et à Chantilly pour la préparation du Corpus des Primitifs flamands conservés par l’Institut de France. Il assure l’année suivante la codirection de la mission organisée par le Centre National de Recherche « Primitifs Flamand » en vue de préparer le Corpus des Primitifs Flamands conservés à la Cathédrale de Palencia et dans l’église de Cervera de Pisuerga. Au terme de cette mission, il est nommé membre correspondant de la société « Tello Tellés de Meneses » de Palencia.
Ayant brillamment réussi sa thèse de doctorat, il est nommé chargé de cours associé à l’UCL en 1966. Son enseignement sera interrompu en l969 par un rappel à l’armée, comme officier de réserve. En 1970, il est nommé chargé de cours et se voit attribuer une importante série de cours. La même année, il est également nommé responsable du Centre d’Histoire des Arts et du Relief (CHAR). En 1972, il est nommé professeur et en 1976, professeur ordinaire. Il enseigne et publie dans les domaines suivants : l’esthétique et iconologie de la peinture et de la sculpture du moyen âge des temps modernes et de l’époque contemporaine, la technologie des arts plastiques et histoire des techniques, les arts populaires, les arts du métal et la muséologie. Son enseignement était original, il insistait sur l’observation directe, débouchant sur une analyse critique, sans cependant négliger les sources écrites et notamment les textes théoriques et les écrits des peintres ou des sculpteurs, mais la technologie lui paraissait essentielle, c’est pourquoi il invitait ses étudiants à s’initier au travail du métal dans des ateliers, comme celui de Félix Roulin à la Cambre, mais aussi à prendre part aux recherches de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA). C’est dans cette voie qu’il faut situer la fondation des Ateliers de Maredret en 1971, avec la collaboration de Félix Roulin, ceux-ci permettent, jusqu’en 1975, à nombre d’étudiants et à quelques autres amateurs, de s’initier pendant l’été à diverses techniques : le bronze, la céramique, la gravure, la sérigraphie, les textiles, la forge, etc. C’est également dans le cadre de son enseignement qu’en 1975 et 1977, il séjourne à l’Université de Bujumbura, au Burundi, avec son collègue historien Claude Bruneel . Il a également en charge, de 1980 à 1992, un cours d’initiation à l’histoire de l’art destiné aux pensionnaires de la Chapelle musicale Reine Élisabeth. Parallèlement, Robert Delevoy, directeur de La Cambre, l’invite, de 1980 à 1983 à faire un cours de Technologie générale dans son établissement .
Le 5 juin 1975, il est élu membre correspondant de l’Académie royale des Sciences, Lettres et Beaux-Arts de Belgique, dans la Classe des Beaux-Arts, Section d’histoire et de critique. Il est élu président de l’Institut supérieur d’Archéolgie et d’Histoire de l’Art le 22 novembre 1978, jusqu’en 1982. C’est lors de sa présidence que le transfert vers Louvain-la-Neuve de la section francophone de l’Université catholique de Louvain s’opère. En 1979, il fonde le Musée de Louvain-la-Neuve, encore appelé Musée de l’Institut supérieur d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, concrétisant de nombreuses années de travail, et en devient le directeur. Il occupera cette fonction jusqu’à son décès en 2004. C’est principalement parce qu’il occupe cette double charge de professeur à l’UCL et de directeur du musée qu’il est appelé à participer à de nombreux jurys et commissions scientifiques dans de grandes institutions et associations telles que : les Musées royaux des Beaux-Arts, les Musées royaux d’art et d’histoire, le Musée royal de Mariemont, l’A.S.B.L. Bibliotheca Wiltockiana, l’IRPA, etc. En 1985, il assure le Commisariat général de l’exposition « Juan de Flandes », lors d’Europalia Espagne, à Bruges et Louvain-la-Neuve. C’est également sous sa direction que la même exposition est présentée au Musée du Prado à Madrid. Suite à cette action, il est nommé alors Commandeur de l’Ordre de Léopold. Probablement suite à ce succès, il est nommé commissaire en 1991 pour Europalia Portugal.

Lieux

Naissance : Ypres (Flandre occidentale, Belgique)
Décès : Woluwe-Saint-Pierre (Région de Bruxelles-Capitale, Belgique)
Professeur :

  • Louvain (Brabant flamand, Belgique)
  • Louvain-la-Neuve (Brabant wallon, Belgique)

Statut juridique

Fonctions et activités

Textes de référence

Organisation interne/Généalogie

Contexte général

Zone des relations

Entité associée

Université catholique de Louvain (1834-)

Identifiant de l'entité associée

BE A4006 NA 000001

Type de la relation

hiérarchique

Dates de la relation

Description de la relation

Entité associée

Faculté de philosophie et lettres (1834-2009)

Identifiant de l'entité associée

BE A4006 NA 000234

Type de la relation

hiérarchique

Dates de la relation

Description de la relation

Zone des points d'accès

Occupations

Zone du contrôle

Identifiant de la notice d'autorité

BE A4006 NA 000575

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

La notice d'autorité est conforme à la seconde édition de la "Norme internationale sur les notices d’autorité utilisées pour les Archives relatives aux collectivités, aux personnes ou aux familles" (ISAAR-CPF, 2011). La notice d'autorité a été encodée en XML EAC et respecte également les normes de catalogage suivantes : RDA-FR, AFNOR NF Z 44-060, AFNOR NF Z 44-061 et AFNOR NF Z 44-081.

Statut

Ébauche

Niveau de détail

Moyen

Dates de production, de révision et de suppression

La notice d'autorité a été rédigée et encodée par l'archiviste Caroline Derauw.

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Notes relatives à la mise à jour de la notice

  • Presse-papier

  • Exporter

  • EAC