Fonds FI 387 - Archives de l'expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie (1951-1952)

Zone d'identification

Cote

BE A4006 FI 387

Titre

Archives de l'expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie (1951-1952)

Date(s)

  • 1930-1967 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

3340 art.

Zone du contexte

Nom du producteur

(1887-1969)

Notice biographique

Gonzague Ryckmans (10 décembre 1887, Anvers — 3 septembre 1969, Korbeek-Lo-lez-Louvain), professeur de langues orientales à l’Université catholique de Louvain. Après avoir travaillé aux côtés d’Ernest Renan à Paris au Corpus des inscriptions sémitiques en 1919-1920, il se consacre, dès sa nomination à l’Université catholique de Louvain, aux études sémitiques pour lesquelles en ces années 1920’ tout reste à faire, à commencer par le recensement et l’identification des documents.
Il s’inscrit en 1905 à l’Institut Supérieur de philosophie de l’Université catholique de Louvain et obtient un doctorat en philosophie en 1908. Il suit ensuite des études de théologie au Grand Séminaire de Malines et est ordonné prêtre en 1911. Élève de l’École biblique et archéologique française à Jérusalem de 1911 à 1914, il s’initie à l’étude des inscriptions préislamiques arabes. Il s’adonne aussi aux études bibliques et à l’étude des langues sémitiques, spécialement de l’arabe. En 1914, il s’engage comme aumônier de l’armée et il participe à la campagne de l’Yser dans un bataillon d’infanterie. Il est admis peu avant la fin de la guerre à l’hôpital de Bruges, après avoir encouru des lésions graves au cours d’une attaque au gaz de l’armée allemande contre les positions tenues par les troupes belges. Gonzague Ryckmans achève ses études en langues sémitiques à l’Université catholique de Louvain en 1919. Il suit ensuite les cours de l’École des Hautes Études à la Sorbonne en 1919-1920 et poursuit à Paris ses études épigraphiques sous la direction de l’abbé Chabot.
De 1920 à 1930, il est professeur d’exégèse au grand Séminaire de Malines. Il est nommé en 1926 maître de conférence d’épigraphie sémitique à l’Université catholique de Louvain, puis professeur en 1930. Il y enseigne l’épigraphie sémitique, l’acadien, l’hébreu.
Gonzague Ryckmans voyage beaucoup tout au long de sa carrière. D’abord dans tout le Proche-Orient au cours des années 1911-1914. Ensuite à l’occasion d’une mission à Istanbul en 1928 en vue de faire le relevé des inscriptions sud-arabes appartenant au Musée de cette ville. Il voyage en Afrique du Nord en 1924 et 1928 avec l’abbé Chabot, en vue de préparer la publication du recueil des inscriptions libyques. Il réalise une expédition de prospection de 1951 à 1952 dans les provinces méridionales de l’Arabie saoudite, à l’invitation du roi Ibn Saoud : sur un parcours de plus de 5000 km, sont relevés 12 000 graphites rupestres et de grandes inscriptions sabéennes qui fournissent une contribution importante à l’histoire de la dernière période du royaume de Saba.

Nom du producteur

(1924-2005)

Notice biographique

Jacques Ryckmans (22 octobre 1924, Louvain — 24 janvier 2005, Limelette), docteur en philologie et histoire orientales, spécialiste des études sud-arabes — en particulier l’épigraphie sud-arabe. Ces nombreuses recherches sur la langue sabéenne ont donné naissance au « Dictionnaire du sabéen », rédigé avec trois autres spécialistes de la question.
Il étudie à l’Université catholique de Louvain où il obtient une licencie en Philosophie et lettres (philologie classique) en 1947, une licence en Philologie et Histoire orientale en 1949 et un doctorat en Philologie et Histoire orientales en 1951. Il termine ses études à l’Université de Leyde de 1948 à 1950.
Après avoir été chercheur au Fonds National de Recherche scientifique de 1952 à 1958, il est nommé et chargé de cours extraordinaire à l’Université catholique de Louvain, puis chargé de cours ordinaire et enfin professeur ordinaire en 1962. Il enseigne la grammaire comparée des langues sémitiques, l’épigraphie sémitique, l’introduction à l’Islam, institutions de l’Islam, l’art islamique, l’histoire des écritures orientales et l’éthiopien. Il est également secrétaire académique de la Faculté de Philosophie et Lettres en 1963-1964, président du département d’études grecques, latines et orientales de 1983 à 1986 et directeur de la collection de Bibliothèques du Muséon de 1963 à 1968. Spécialiste des études sud-arabes, il devient président de l’Institut Orientaliste de 1968 à 1972 et de 1980 à 1983 et directeur des Publications de l’Institut Orientaliste de 1970 à 1972 et de 1987 à 1990. Il accède à l’éméritat et est nommé professeur invité en 1990.
De 1970 à 1985, il siège en tant que membre à la 18e commission scientifique pour la philologie au Fonds National de Recherche scientifique.
Jacques Ryckmans voyage beaucoup et participe à de nombreuses campagnes de prospection archéologique et épigraphique en Arabie saoudite (1951-1952), en Jordanie (1953) et au Yémen du nord (1980). Il donne également des conférences et des séminaires dans de nombreuses universités : aux États-Unis, en URSS, en Angleterre, en France, aux Pays-Bas, en Suisse, en Allemagne et à Aden.

Nom du producteur

(1885-1960)

Notice biographique

Harry St. John Bridger Philby (3 avril 1885, Badulla — 30 septembre 1960, Beyrouth), explorateur britannique et arabisant.

Nom du producteur

(1910-1989)

Notice biographique

Philippe Lippens (29 septembre 1910, Gand — 28 février 1989, Bruxelles), explorateur, commandant de réserve de l'armée belge, licencié en sciences politiques et sociologie de l'Université catholique de Louvain.

Histoire archivistique

Suite au décès du professeur Jacques Ryckmans, les archives de l'expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie (1951-1952), alors conservées à son domicile, ont été versées aux Archives de l'Université en janvier 2006, par l'intermédiaire du professeur Jacques Grand’Henry.
En mars 2018, à l'initiative d'Isabelle Ryckmans, fille du professeur Jacques Ryckmans, un second versement est effectué aux Archives de l'Université de plusieurs archives et objets relatifs à l'expédition.

Modalités d'entrée

Donation.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

L’expédition belge Philby-Ryckmans-Lippens, menée par l’Université catholique de Louvain en 1951-1952 est réputée être la seule mission scientifique ayant systématiquement exploré l’Arabie centrale. Elle a permis la constitution d’un fonds documentaire unique, révélant des éléments très méconnus – et parfois disparus – de l’histoire de l’Arabie préislamique. Réalisée à l’invitation du roi Abd al-Azîz Ibn Saoud, est conçue comme un voyage au sein de la partie méconnue des provinces méridionales de l’Arabie, sur 5400 km de désert, couvrant la vieille route au départ de Jeddah, vers Ta'if, Turaba, Bisha, Abha, Kuhayf et Najrân et ensuite le nord vers Kawkab, Dam et Riyad, territoires éminemment importants pour l’expansion culturelle de la Péninsule. Cette expédition, connue sous le nom Philby-Ryckmans-Lippens, constitue la première et la seule expédition exploratoire dans le désert arabique (il y a eu des fouilles ponctuelles dans le Nord de l'Arabie, en rapport avec les Nabatéens entre autres, dans les Emirats et à Oman mais jamais plus une telle mission). Cette expédition, en plus des informations topographiques de première main, a permis le rassemblement de résultats épigraphiques de tout premier plan pour la période couverte par les inscriptions : 8e s. av. JC - 2e s. apr. JC. C’est dire si les archives ayant trait à cette expédition contiennent des données uniques, et ce d’autant plus qu’elles sont difficiles à retrouver sur le terrain aujourd'hui et qu’elles s’avèrent n’être que partiellement exploitées et largement inédites. Ainsi, 12000 inscriptions, en très grande majorité préislamiques et écrites dans diverses langues sud-arabiques et nord-arabiques, ont été copiés (photographies et dessins). Parmi celles-ci, 9000 sont thamudiques et ayant de fait multiplié par cinq le nombre des textes de ce type connus en 1951-1952. De plus, les scientifiques ont ramené un petit groupe de textes historiques en sabéen tardif provenant du voisinage de Najran, Kawkab, et de la route de l’ancienne caravane traversant l’Arabie. Cette expédition constitue donc une étape fondamentale dans la recherche du domaine.
Plus largement, les archives comprennent également :

  • des cartes géographiques détaillées tracées par les membres de l'équipe : il s'agit des premières cartes détaillées de l'Arabie centrale. Ces cartes ont été les plus détaillées pendant des années et elles ont été utilisées par les grandes compagnies pétrolières pour trouver du pétrole.
  • de la documentation ethnographique
  • les notes personnelles des Professeurs Gonzague et Jacques Ryckmans et du capitaine Philippe Lippens, parmi lesquelles des journaux de voyage concernant l’expédition, détaillés km par km et agrémentés d’innombrables croquis (inscriptions, paysages, etc).
  • copie tapuscrite du journal de Philby (par ailleurs explorateur anglais qui a travaillé à l’exploration géologique de la Péninsule arabique toute sa vie et qui fut aussi agent secret britannique ayant travaillé avec Lawrence d’Arabie).
  • des plaques de verre
  • des syllabi et documents préparatoires aux cours académiques de Jacques Ryckmans,
  • des photographies (argentiques et négatifs) : Membres de l'expédition ; membres de l'équipe diplomatique belge ; membres des tribus bédouines arabes rencontrées
  • Inscriptions en langues sud-arabiques et nord-arabiques ; art rupestre ; inscriptions arabes.
  • de la correspondance (lettres postales) entre Jacques Ryckmans et ses collègues internationaux, discutant les inscriptions relevées durant de cette mission, dans la période 1950-1970.
  • des empreintes de sceaux sud- et nord-arabiques en plâtre
  • des objets archéologiques donnés aux membres de l’expédition en récompense de leur investissement dans les études de l’Arabie ancienne.

Évaluation, extraction, élimination et calendrier de conservation

L’évaluation des archives a mené uniquement à l’élimination des doubles et copies.

Accroissements

Le fonds d'archives est fermé.

Mode de classement

Le plan de classement s’articule autour de trois séries :

1. Correspondance
1.1. Ryckmans, Gonzague
1.2. Ryckmans, Pierre
1.3. Ryckmans, Jacques
1.4. Lippens, Philippe
1.5. Philby, St. John
2. Expédition
2.1. Organisation et gestion
2.1.1. Documents préparatoire
2.1.2. Comptes
2.2. Notes
2.3. Journaux d'expédition
2.4. Cartes et plans
2.5. Traces récoltées lors de l'expédition
2.5.1. Répertoire et correspondance à propos des photographies
2.5.2. Microfilms
2.5.3. Photographies
2.5.5. Plaques de verre
2.5.6. Objets
3. Publications

À l’intérieur des différentes séries, les archives sont d’abord classées du général au particulier, conformément à la norme ISAD(g), et ensuite de manière chronologique. Lorsqu’une unité archivistique couvre plusieurs années, elle est classée selon sa date extrême de début. Par contre, si deux ou plusieurs articles ont la même date de début, c’est leur date extrême de fin qui détermine leur position. Toutefois, lorsque les articles ne renseignent pas de date et que cette dernière n’a pas pu être reconstituée, ils se retrouvent en fin de rubrique — sauf mention contraire.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Les archives originales ne sont pas consultables. Toute demande de dérogation est soumise à l'autorisation de l'Archiviste et de l'Institut orientaliste.

Conditions de reproduction

Toute demande de reproduction des archives originales est soumise à l'autorisation de l'Archiviste et de l'Institut orientaliste.

Langue des documents

  • anglais
  • arabe
  • français
  • néerlandais

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Les archives, datant des années 1950-60, sont sur un support qui présente des faiblesses intrinsèques (pâte mécanique impure réputée à courte durée de vie, papier acide, encres, pigments et colorants tendant à couper les fibres de cellulose). Afin de garantir leur préservation, les Archives de l'Université ont traité et reconditionné les archives, permettant de les stabiliser et de prévenir de nouvelles détériorations, et lancé une campagne de numérisation, limitant leur manipulation, en 2018.

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions associées

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Points d'accès

Points d'accès - Sujets

Points d'accès - Lieux

Points d'accès - Noms

Points d'accès - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Les descriptions archivistiques sont conformes à la seconde édition de la "Norme générale et internationale de description archivistique" (ISAD-G, 1999). Ces descriptions archivistiques ont été encodées en XML EAD et respectent également les normes de catalogage suivantes : RDA-FR, AFNOR NF Z 44-060, AFNOR NF Z 44-061 et AFNOR NF Z 44-081.

Statut

En cours

Niveau de détail

Moyen

Dates de production, de révision, de suppression

Les descriptions archivistiques ont été rédigées de février à mai 2018 par l'archiviste Sophie Urbain.

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Note de l'archiviste

Sophie Urbain

Zone des entrées

Sujets associés

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés